Dehors,les froidures du solstice piquent l’air immobile.Une branche de pommier fume dans la cheminée et diffuse son arôme sucré dans toute la maison. À la radio, France Clidat égrène joyeusement les valses de Chopin. Enroulé à mes côtés, César écoute André Duprat d’une oreille distraite.

Duprat5

 

Le texte entier ICI

Lire d’autres poèmes d’André Duprat dans la rubrique poésie ou le tag André DUPRAT