30 juin 2020

Une époque formidable

Nous le savions depuis longtemps, depuis Anaximandre au moins qui situait la mer Égée au centre du monde, nous le savions depuis Galilée même si de nombreuses "Terra Incognita", comme écrit Alain Corbin*, abandonnaient encore de larges taches blanches sur les portulans, nous le savions depuis que Gagarine en a fait le tour : la Terre est ronde. Et en deux petits millions d’années, ce qui reste relativement court au regard des quatre milliards cinq cents millions d’années d’existence de notre planète, les hominidés devenus des Homo... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 06:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

23 juin 2020

Biodiversité et migrations

Il y a 3 millions d’années environ, la Terre se divisait en gros en quatre parties. Le ciel était dévolu aux gypaètes barbus, aux aigles royaux et aux milans corses. La mer et les rivières recueillaient les truites arc-en-ciel, les gougeons, les baleines bleues et les raies manta. La savane était le théâtre de courses effrénées entre les lions, les gazelles, les gnous et les phacochères. Et la forêt, vaste et feuillue, abritait dans ses ramures, outre mille et un primates, une puissante tribu d’hominidés plutôt bavards et tapageurs.... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 06:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,
16 juin 2020

Paysan jardinier

Tout comme leurs vieux propriétaires, les vieilles bâtisses peuvent souffrir de l’usure du temps et un coup de vent, même modeste, peut par exemple chahuter deux ou trois tuiles fragilisées par les années et provoquer derechef une "gouttière" par où s’infiltre l’eau de pluie qui dessine bientôt sur les murs de longues et disgracieuses arabesques dignes d’une carte d’état-major du siècle dernier. Le couvreur est déjà intervenu et a prodigué du haut de son échelle ses conseils avisés. Sous couvert de confinement gouvernemental, le... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 06:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
09 juin 2020

Temps et partage.

Assisté hier à une scène récurrente dans nos campagnes mais qui me réjouit toujours, même si je me reproche aussitôt mon manque d’empathie et de charité chrétienne. Nombre de nos petites routes d’arrière-pays ne sont guère en effet que d’anciens chemins vicinaux reliant les fermes entre elles, aux clos, aux champs ou au village lui-même. De hardis conseils municipaux en votèrent au fil des années l’encaissement et le goudronnage, réservant aux municipalités suivantes le soin d’en reboucher les ornières et les nids de poules... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 06:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,
02 juin 2020

Prendre de la hauteur.

Le ciel est par-dessus le toit, si bleu si calme. Le poème de Verlaine s’impose à moi à ceci près que j’ajouterais des champs, des prairies et des bois. Notre montgolfière vogue en effet au-dessus de la campagne et une fine brise nous entraîne paisiblement vers les Monts. Mes deux compagnons, le pilote et moi venons de survoler mon courtil, dieu qu’il paraît bien petit vu de si haut, et nous nous dirigeons vers le bourg dont le clocher couvert d’ardoises de l’église et les toits de tuiles rouges des habitations apparaissent peu à... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 06:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,
26 mai 2020

La beauté de la campagne

Il y a quelques jours, ma petite amie Anaïs et sa maman Juliette, mes anciennes voisines, me faisaient l’immense joie de passer devant le chêne plus que centenaire qui marque l’entrée de mon courtil pour partager avec moi le trop court pont de l’Ascension. Elles vivent à Toulouse depuis que Matthieu est parti poursuivre ses recherches en céramique aux États-Unis. Anaïs est devenue une grande fille de huit ans avec deux ou trois dents de lait en moins, des cheveux exubérants dont la blondeur commence à s’estomper et des membres... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 06:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

19 mai 2020

Entre labours et paysages.

Chaque année, je vais donner "un coup de main" à mes voisins agriculteurs Hélène et Sébastien pour préparer l’arrivée de leurs "vacanciers" en chambre d’hôtes de l’été à venir. Nombre d’entre eux sont devenus au fil du temps des habitués et des liens se sont ainsi tissés au point que plusieurs sont également devenus coutumiers de mon courtil et je fais régulièrement office de Papet de remplacement lorsque les parents souhaitent se réserver une journée sans leurs enfants. Mon chat César n’aime pas trop leurs initiatives parfois... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 06:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,
12 mai 2020

Relire La Mare au diable

  Il pouvait être tentant d’occuper utilement la si longue période de confinement covidesque en se lançant dans un grand chantier régulièrement victime d’une procrastination récurrente tel que le rangement du garage, le dépoussiérage des combles ou la peinture du salon. Il pouvait également être séduisant d’effectuer, enfin, un tri sévère dans la garde-robe, à gauche les vieilles chaussettes élimées depuis longtemps, les chemises à fleurs passées de mode et les pantalons que les années ont manifestement rétrécis à la taille et... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 06:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :
05 mai 2020

La revanche des campagnes.

Dans les débuts de ma carrière professionnelle (sic !), je visitais les écoles du nord du département. J’arrive ainsi un matin neigeux de fin décembre dans un petit village à classe unique avec son préau et son tas de bûches bien alignées, son poêle en fonte au milieu des tables des élèves avec les trois ou quatre gamelles gardées à tiédir des enfants qui habitent trop loin pour rentrer à la maison pour le repas de midi et le maître, l’un des rares descendants sans doute des fameux hussards de la République, calligraphiant à la... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 06:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
28 avril 2020

Qu'est-ce qu'un néo-rural ?

À quoi reconnaît-on un néo-rural ? Quand il ne travaille pas, et à fortiori en période de confinement covidesque, le néo-rural vit presque exclusivement sur sa tondeuse auto-portée afin de tailler ras la moindre herbe folle de son modeste carré de pelouse et d’éliminer jusqu’à la moindre fleur pâquerettes et pissenlits qui l’illustrent inéluctablement ; le néo-rural a horreur de l’exubérance de la nature, fut-elle même créatrice de vie. Nous autres qui vivons là depuis toujours savons combien cette course effrénée est... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 09:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :