27 juin 2017

Vivre à la campagne

        Aussi loin que remontent mes souvenirs d’enfance et d’adolescence, les vacances scolaires sont synonymes de travail à la ferme.  Couper le trèfle et la luzerne et cueillir les pissenlits pour les lapins, conduire les vaches au pré, donner leur orge aux poules et ramasser les œufs, tourner la manivelle de l’écrémeuse puis celle de la baratte à beurre, donner leurs rations de petites pommes de terre et d’eau de vaisselle aux cochons et jouer de la binette pour arracher les mauvaises herbes dans le... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 11:29 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

20 juin 2017

Conseils en cas de canicule.

     À l’époque lointaine où je fréquentais encore l’école communale, l’un des élèves était désigné par le maître pour relever, chaque matin, les températures extérieures et noter sur un cahier les caprices du baromètre de Bourdon. Il suffit, de nos jours, de consulter les services de la météorologie sur internet ou d’écouter religieusement la "dame de la météo" à la Télévision. Elle se montre hélas si peu précise que je ne l’ai jamais entendue m’informer de la température dans mon courtil. Elle peut, par contre, non... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 15:38 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :
13 juin 2017

Aucune tête ne doit dépasser.

       J’abandonne Emmanuel Chabrier et sa "Joyeuse marche" de circonstance pour m’en aller, flamberge au vent, saluer les arbres de mon courtil et donner à ma chèvre naine sa friandise de pain dur. Accompagné de son cortège de grondements de tonnerre et de bourrasques, un orage s’est abattu, hier soir, sur la région. L’air est à présent calme et serein, presque recueilli. Comme si merles et moineaux hésitaient encore à sortir de leurs caches. Quelques feuilles d’érable jonchent la pelouse et des branches mortes... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 06:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
10 juin 2017

Ils parlaient de foot.

        Le 10 juin 1944 aurait pu être une journée ordinaire pour le modeste bourg d’Oradour sur Glane, en Limousin. Le soleil inonde la campagne. Les vaches sont dans les prés où l’herbe est grasse. Il y aura du foin cette année. Les enfants sont à l’école. Les femmes font quelques courses à l’épicerie ou chez la mercière, hauts lieux de rencontres avec l’église. Le maréchal-ferrant et le docteur échangent quelques mots au sujet d’une cohorte motorisée de l’armée allemande remontant vers la Normandie où les... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 06:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
06 juin 2017

Le nomadisme sédentaire du marcheur immobile.

          Jacques Attali était formel : demain sera nomade. Il en avait même écrit tout un livre. Mais Jacques Attali est capable d’écrire trois livres de huit cents pages par an. C’est un expert en tout. Aujourd’hui, les spécialistes sont eux aussi formels : aujourd’hui est communication. L’art du commerçant est de réunir les deux prophéties pour en un faire un négoce lucratif. Ainsi du téléphone portable qui permet de converser avec un interlocuteur tout en marchant au milieu de son courtil ou,... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 06:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,
30 mai 2017

Quiétude campagnarde

      Visite d’un petit-neveu et de sa compagne le temps du week-end. Elle est professeur d’allemand dans un lycée assez éloigné de leur appartement du treizième arrondissement pour lui permettre de jouir à satiété des transports en commun. Il parcourt le monde pour vendre des logiciels conçus dans le cadre d’une start-up créée avec un ami. Internet exige parfois une présence humaine pour tourner rond et se développer. Après avoir stoïquement affronté les "ralentissements" qui pimentent régulièrement les transhumances... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 06:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,

23 mai 2017

Lune noire

        Le jardinage remonte à la plus haute antiquité. Ainsi, persuadé que l’opiniâtreté peut parfois conduire aux plus hauts sommets de l’Olympe sinon même à l’Élysée, _les exemples ne manquent pas_ Ascalaphos sarclait-il consciencieusement les allées du pouvoir afin que les dieux ne salissent pas leurs augustes orteils lors de leurs excursions divines. Las ! Un malheureux concours de circonstance s’en vint troubler son irrésistible ascension. Alors qu’entre deux RTT il se reposait sous un grenadier,... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 06:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
16 mai 2017

Du rire.

      Mon chat César est d’un naturel sérieux. On peut même dire quelque peu pompeux parfois. Il y a longtemps qu’il ne s’étonne plus lorsque ma petite voisine Anaïs s’empare de sa gamelle pour la cacher sous le buffet. Ilpeut montrer de la contrariété lorsqu’elle pose un jouet sur sa chaise ou aligne ses poupées sur le canapé, là où il a décidé de s’allonger de tout son long pour savourer sa sieste. Il peut même choisir la fuite sous mon lit pour échapper à ses sollicitations. Mais je ne lui ai jamais connu la... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 06:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
09 mai 2017

Et après ?

       La lune est à la fois en trajectoire descendante et en phase croissante. Encore deux jours et, au faîte de sa luminosité, elle déclenchera la production des fameuses hormones qui poussent les loups garous à sortir du bois. Le jardinier, quant à lui, pourrait benoîtement poursuivre l’élagage de ses forsythias après leur floraison et la tonte de sa pelouse. Dans sa grande sagesse, il se contentera de planter ses poireaux et ses dahlias. Car d’autres tâches tout aussi importantes le requièrent dont la chasse... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 06:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :
02 mai 2017

Le sort en est jeté

       Le sort en est jeté ! Non seulement demain ne sera guère différent d’hier mais les nuits seront aussi chahutées. Hector et Paris se sont en effet montrés, la nuit passée, aussi exubérants qu’une escouade de militants au soir d’une victoire électorale. Non que nous soyons en Tauride. La guerre de Troie a bien eu lieu, le fameux cheval a bien détourné la vigilance des combattants et la ville n’est plus qu’un amas de ruines archéologiques arpentées par des fouilleurs de pierres à la poursuite de leur... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 06:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,