24 novembre 2017

Le bonheur des jardiniers et autres chercheurs d'or.

      La lune déconseille aujourd’hui tous travaux au jardin.  Il se trouvera sans doute des étourdis pour n’en tenir aucun compte au risque d’aliéner leurs forces et d’altérer leur bonne humeur. La plupart des hommes, et les jardiniers en particulier, sont cependant d’un naturel sensé. Sans l’aiguillon d’une épouse, d’une compagne ou d’un petit chef hargneux, ils se contentent la plupart du temps d’écouter l’herbe pousser. (Ce qui exige, on en conviendra, une grande concentration d’esprit excluant toute autre... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 06:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

21 novembre 2017

Pourquoi, pourquoi, pourquoi ?

          Petite gelée nocturne et brume matinale tenace pour une journée d’automne ordinaire. Une bûche de châtaignier crépite dans la cheminée. Enroulé sur le canapé, César s’est enfoncé dans une sieste monumentale. Monteverdi raconte la descente d’Orphée aux enfers avec les Arts Florissants dirigés par William Christie. Je me plonge dans L’Économie symbiotique d’Isabelle Delannoy qui ambitionne de régénérer la planète, l’économie et la société. Pourquoi le téléphone prend-il régulièrement un malin plaisir... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 06:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :
17 novembre 2017

Plus vite, plus haut, plus fort.

        Que le ciel soit clair ou nuageux, c’est toujours le moment de faire un peu de ménage dans son courtil. Couper par exemple les hampes desséchées des pivoines et celles des dahlias brûlées par le gel. Le jardinier sait en effet depuis la nuit des temps que les plantes naissent, poussent, fleurissent et meurent irrémédiablement avant de renaître à la reverdie. Le chasseur-cueilleur savait quand il lui fallait cueillir ses fruits préférés avant qu’ils ne disparaissent mais il savait aussi qu’ils... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 06:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :
14 novembre 2017

Souvenir et mémoire.

        Dans mon village, il n’était pas question d’esquiver la cérémonie du 11 novembre au pied du monument aux morts. Dressée sur son bâti de pierre et de mortier, la colonne de granit offrait sur ses flancs la longue liste des noms gravés en lettres dorées de ceux qui étaient "tombés au front" et "morts pour la France". En fin de matinée, les maisons se vidaient peu à peu de leurs habitants qui remontaient lentement vers la "Place". De part et d’autre du monument se groupaient les enfants des écoles. D’un... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 06:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
10 novembre 2017

Madame le ministre de la Culture.

      Comme d’habitude, une grande effervescence anime la boulangerie du village. À peine ai-je lancé mon bonjour que je suis aussitôt pris à parti. « Est-ce qu’on dit docteureu ou docteuresse ? » Je crois malin de répliquer qu’il s’agit là d’un titre universitaire et qu’il conviendrait plutôt de dire médecin. « Et si le médecin est une femme, comme chez nous, est-ce qu’on dit médecine ? » Un énorme éclat de rire rassemble les adversaires autour de la saillie d’Henri, l’ancien... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 06:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
07 novembre 2017

La nature se défend comme elle peut.

       Tandis que j’attends mon tour à la pharmacie du village où je vais m’enquérir de mon vaccin contre la grippe, j’entends le client qui me précède expliquer avec force détails qu’il a été mordu par une tique dans un endroit des plus intimes de son anatomie et qu’il est à la recherche des crochets adéquats pour l’enlever. Il est vrai qu’un peu de soleil, un peu de chaleur et un peu d’humidité suffisent à faire sortir ces répugnantes bestioles de leur tanière. Elles ont besoin de sang pour vivre et se... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 06:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

03 novembre 2017

Du passé simple à l'imparfait du présent

    Perdue dans les brumes de novembre qui étendent leur emprise sur les Monts, ma vallée semble encore plus égarée loin du monde et mon courtil se demande parfois si l’Histoire elle-même l’a vraiment atteint. Il y a près de 400 000 ans, en Israël, un hominidé perdait huit de ses dents. Était-ce pour les remplacer par un dentier ? On ne le saura sans doute jamais. Mais selon les archéologues, cet être qui explorait la grotte de Quessem près de Tel Aviv n’était pas encore vraiment un homme comme vous et moi.  Il... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 06:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
31 octobre 2017

Retour en Normandie

        Les anciens du village et ma vieille amie Marthe sont catégoriques : ce n’est pas le moment de travailler la terre. Le jardinier est fortement encouragé à se reposer. Installez-vous devant votre cheminée et lisez. Lisez par exemple L’Ordre du Jour d’Éric Vuillard, l’Indocile d’Yves Bichet ou, à défaut, le rituel Amélie Nothomb de rentrée. Réécoutez Messe pour un temps présent de Pierre Henry, Maria Callas en Médée dans l’enregistrement du 7 mai 1953 à la Scala sous la direction de Léonard... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 06:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,
27 octobre 2017

Soucis hautement domestiques.

       L’air sera-t-il clair et ensoleillé ou seulement nuageux ? Le vent venu de l’océan, s’il apporte une douceur bien venue, ne risque-t-il pas de charrier avec lui de pleins baquets de pluie ? La réponse est d’importance. Ma petite voisine Anaïs est confiée pour trois jours à son Papet de remplacement et le Papet en question préfèrerait bien la voir gambader dans son courtil plutôt que disperser son habituel désordre dans son salon. L’un n’empêchant pas l’autre, hélas, par ailleurs. Les... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 06:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,
24 octobre 2017

D'une belle couleur orange.

      Réquisitionné par ma vieille amie Marthe pour la conduire à la ville voisine. Je n’ai plus rien, me dit-elle ! Il ne lui manque en réalité que les quelques ingrédients que son potager ne peut pas lui fournir tels que des épices, du café, du thé, de l’huile, du sel …. Nous déambulons cahin-caha entre les étals, elle me désignant les denrées d’une canne jupitérienne et moi les enfournant dans le cabas. Nous ne sommes évidemment pas les seuls clients et en les observant, me revient en mémoire une anecdote... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 06:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,