05 décembre 2011

Fragonard, l'invention du bonheur

      Le brouillard recouvre la vallée. Je distingue à peine la cime des sapins et les branches dénudées des bouleaux dessinent des lacis capricieux entre les mèches de brumes. Les tourterelles semblent être plongées en grande méditation et, tapis dans les buissons, les merles eux-mêmes respectent le silence qui baigne la vallée. Sous les doigts de Xavier de Maistre, les arrangements pour harpe de la suite bergamasque et autres préludes de Claude Debussy font écho à cette quiétude. Diana Damrau  joint sa... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 09:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

01 décembre 2011

Lang Lang et Liszt

      Les cloches de l’église du village sonnent l’angélus de midi lorsqu’Hélène entre dans ma cuisine en compagnie de Lassie, la jeune colley de Sébastien. Adèle quitte d’un bond la chaise qui lui est réservée devant la cheminée. La chienne se lance à sa poursuite, trop heureuse de trouver dans l’affaire un nouveau jeu fort distrayant. Dans sa précipitation, la chatte bouscule une sellette en merisier héritée de ma mère. Le vase de porcelaine qu’elle mettait en valeur oscille tel un pendule de sourcier avant... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 11:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
28 novembre 2011

Mathieu

     Surprise, ce matin, une biche s’est invitée chez les chèvres naines. Est-ce l’approche de l’hiver qui la sort ainsi de ses bois ? Toutes les trois semblent faire bon ménage.  En m’apercevant, ma nouvelle pensionnaire se réfugie dans la bergerie et ses deux amies font front pour la protéger. Il n’est évidemment pas dans mes intentions de la chasser. Qu’elle demeure aussi longtemps qu’elle le désire ! Je vais, au contraire, augmenter ma provision de foin pour l’hiver et stimuler mes potentialités... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 09:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
24 novembre 2011

Le journal intime d'un arbre

        Je ne pouvais pas ne pas plonger dans le dernier opus de Didier Cauwelaert publié chez Michel Lafon, « Le Journal intime d’un arbre ». Les arbres, je les connais bien pour avoir moi-même planté ceux qui cernent mon courtil. Ainsi des sapins qui abritent depuis trois années un couple de ramiers installé à demeure dans le secret de leurs branches. Ils accueillirent d’abord, dans le grand salon et chacun à leur tour, guirlandes et boules multicolores pour les fêtes de noël avant d’être... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 09:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
21 novembre 2011

Burkina Faso

     Soirée au profit du Burkina Faso à l’initiative de l’association locale. Je retrouve, bien sûr, les personnes déjà rencontrées dans les entrepôts de la Banque Alimentaire du département lorsque j’y allais aider à décharger les palettes de conserves, fruits et légumes, pâtes et autres denrées. Les mêmes d’ailleurs qui animent le Téléthon, tiennent, ou plutôt, soutiennent, l’Épicerie Solidaire  du Secours Populaire, la Bourse aux Vêtements du Secours Catholique ou les distributions de repas des Restaurants... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 10:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
17 novembre 2011

Thomas, le vagabond de l'ailleurs

       Je n’ai pas revu mon ami Thomas, le vagabond de l’ailleurs, depuis un mois. La pension du Mas du Goth serait-elle à son goût ? Mais ce matin, il m’attend, assis sur le rebord de l’auge de pierre, au pied de la pompe. Engoncé dans une antique canadienne ayant jadis appartenu au mari de Marthe Dumas, les cheveux en broussaille sous une vieille casquette de velours râpé à la visière douteuse, affublé d’un pantalon de bleu de travail trop large pour lui et chaussé de brodequins abandonnés depuis... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 12:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

14 novembre 2011

Place Saint Sulpice

        Solange officiait alors au rez-de-chaussée. Dès que vous poussiez la porte du numéro 6 de la place St Sulpice, et il fallait vraiment pousser avec détermination, elle vous jaugeait d’un œil dubitatif,  vous soupçonnant d’emblée d’être un importun qui ne manquerait pas de déranger son patron. Elle vous envoyait alors sans vergogne un "Monsieur Laffont n’est pas encore arrivé !" alors même qu'il venait de passer devant elle à longues enjambées pour gagner l’étage et le... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 11:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
10 novembre 2011

Jean-Louis Fournier, Veuf

        Adèle, ma chatte, va et vient devant la cheminée, s’assoit devant le foyer et me fixe longuement. Je fais celui qui ne comprend pas et demeure concentré sur le concerto pour piano et orchestre n°1 en mi bémol majeur de Franz Liszt avec Lang Lang au piano. L’homme est irritant de fatuité, mais son interprétation est fulgurante et l’orchestre Philharmonique de Vienne dirigé par Valéry Gergiev époustouflant. De guerre lasse, Adèle m’apostrophe d’un long miaulement propre à attendrir l’âme la... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 11:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
07 novembre 2011

Si haut perché.

       Á l’automne, l’une des tâches les plus fastidieuses réside sans conteste dans le ramassage des feuilles mortes. Mais l’air est doux ce matin grâce à une petite brise d’océan qui pousse les nuages au-delà des collines. Le soleil dessine timidement des ombres énigmatiques dans les futaies. Des odeurs d’humus et de terre humide montent du sol gorgé d’eau et se mêlent aux effluves des colchiques. De temps à autre, un écureuil, intrigué, vient observer le curieux manège de mon râteau. J’achève d’édifier... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 10:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
27 octobre 2011

Le fanatisme de l'apocalypse

      L’Orchestre Philharmonique de Londres susurre la Sérénade pour instruments à vent en do mineur de Mozart. « Entends, ma chère, entends la douce nuit qui marche »  écrivait Baudelaire dans les "Fleurs du mal". C’est pourtant l’heure du bout du matin. L’heure pour Adèle ma chatte de s’étirer langoureusement sur son coussin, de se laisser mollement glisser sur les tomettes charentaises de la salle à manger et de trottiner paresseusement jusqu’à sa gamelle de croquettes. D’un geste large... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 09:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :