24 septembre 2012

"Les Pays", Marie-Hélène Lafon

      Éole, sensible sans doute aux prières des paysans, a poussé ses nuées jusqu’au-dessus de notre vallée perdue au cœur des Monts. Zeus, sensible sans doute aux attentions de son régisseur des vents, a envoyé la pluie. Et voici, en effet, qu’elle tombe enfin. Demain, les forsythias se redresseront, les hortensias rouvriront leurs feuilles recroquevillées et les dahlias lanceront de nouveaux boutons. Demain, l’herbe reverdira. Ce ne sera pourtant que plaisir de vieux bougon accroché à son courtil. Car, plus... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 10:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

20 septembre 2012

Les lisières, Olivier Adam

        Martha Argerich achève l’andante de la sonate pour piano en si mineur de Franz Liszt lorsque les cloches de l’église du village sonnent l’angélus de midi. Au douzième coup, un visiteur toque au carreau de la porte de ma cuisine. J’abandonne mon ordinateur, où je cherche depuis une heure une chute convenable pour ma chronique de la semaine, et me précipite. Chat-donné, (désormais dénommé "César" par une fillette aux yeux rieurs sous le prétexte qu’il se tient droit comme César sur son cheval),... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 12:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
13 septembre 2012

La normalitude de la lune

       Levé tôt, ce matin, la journée sera chargée. La lune est à la fois descendante et décroissante. Ce qui m’autorise à mettre en place les plantes grimpantes, les arbres et arbustes à feuilles persistantes ou caduques. Je pourrais même transplanter, si besoin était, mes arbres à feuillage. J’ignore quand peuvent se transplanter les arbres sans feuillage. Je ne manquerai pas, bien sûr, de diviser mon pied de rhubarbe, qui atteint à présent les deux mètres de diamètre, et les fougères dites femelles... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 12:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
06 septembre 2012

Jean-qui-rit ou Jean-qui-pleure

     Hector et Paris, les deux hiboux qui ont élu domicile dans les combles de ma maison, signalent leur retour d’un pas lourd et sonore. Comme s’ils prévoyaient un hiver précoce. J’ai glissé à leur intention dans le lecteur de disque la sonate pour piano n°3 en si mineur  de Frédéric Chopin interprétée par Guillaume Masson et le calme est revenu. Voilà cependant qui n’augure rien de bon pour les mois à venir. Les climatologues nous prédisent certes un réchauffement significatif de l’atmosphère. Mais mes... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 12:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
28 juin 2012

Le nomadisme sédentaire du marcheur immobile

        Jacques Attali était formel : demain sera nomade. Il en avait même écrit tout un livre. Mais Jacques Attali est capable d’écrire trois livres de huit cents pages par an. C’est un expert en tout et foncièrement pessimiste. Aujourd’hui, les spécialistes sont eux aussi  formels : aujourd’hui est communication. L’art du commerçant est de réunir les deux prophéties pour un faire un négoce lucratif. Ainsi du téléphone portable qui permet de converser avec un interlocuteur tout en... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 11:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
25 juin 2012

André Duprat, l'étang unique

        Nous vîmes, cette année là, les hirondelles tourner sept fois autour du clocher de l’église du village avant de déclarer le printemps officiellement ouvert. C’était un signe. Il fut conforté par les vents de bise et de traverse qui se croisèrent sur nos têtes de longues semaines encore, tenant en leur chartils de pleins baquets de froidures et de pluie. Ce ne fut pas sans craintes que les paysans, en leurs campagnes, virent approcher la funeste Saint Médard. On ne peut pas compter sur... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 09:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

21 juin 2012

Alan Stivell

      Retrouvé par hasard, pieusement conservée au fond d’un tiroir en compagnie de l’"Idéologie française" de Bernard-Henri Levy, une disquette remontant à la plus haute antiquité. Pourquoi avais-je remisé ici l’ouvrage fondateur de sa renommée de notre philosophe national ? Allez savoir. Peut-être qu’aucun de mes amis n’en avait alors voulu ! J’ai tout autant oublié ce que sauvegarderait la petite galette carrée de trois pouces et demi. Attendu qu’aucune étiquette n’en indique le contenu, (on... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 12:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
04 juin 2012

Flamberge au vent

       Á peine l’aurore a-t-elle achevé de déchirer la nuit que j’accoste mon chartil au pied de l’église du village. Du haut de leurs contreforts, les gargouilles guettent d’un œil goguenard le passant étourdi, prêtes à débagouler sur son échine leurs coulures d’averses. Trois ou quatre choucas, assignés sans doute à la surveillance de l’édifice, patrouillent en silence autour du clocher.  Sur le parvis, un groupe de moineaux se disputent des graines invisibles. Par la porte entr’ouverte sourd un... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 10:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
31 mai 2012

La terre, la pierre et l'eau

      Depuis la plus haute antiquité, l’homme vit de la terre et par la terre. Il en cueillit  d’abord les fruits. Lorsque survinrent les disettes, il inventa l’agriculture, le bœuf limousin et les subventions européennes. Il en utilisa aussi la pierre pour y dessiner des aurochs sur les parois de ses grottes insalubres. Lorsque survint la crise du logement, il inventa les carrières pour y tailler des moellons et bâtir des HLM. De la carrière à la mine, il n’y avait qu’un pas que des milliers d’esclaves... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 12:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
24 mai 2012

Les seyants pylônes du téléphone

       17h30. J’ai embarqué Marthe Dumas, du Mas du Goth et Thomas, son hôte d’hiver, comme elle dit, dans mon chartil. Nous fonçons sur la départementale conduisant au bourg. Je ne risque pas d’oublier les règles de la prudence. Recroquevillée sur la banquette arrière, Marthe gémit doucement dès l’approche d’un virage et se tasse un peu plus encore au fond de son siège en fermant un œil, l’autre restant rivé sur le compteur de vitesse. J’aurai droit à un cri s’il indique un chiffre dépassant les quarante... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 13:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :