15 avril 2016

Jugement et libre-arbitre

     Impossible pour moi hier soir de regarder mon habituelle émission culturelle hebdomadaire sur le Service Public. Mon poste de télévision a décidé de son propre chef de saborder son alimentation électrique. Certes, accompagnée par Hélène Grimaud et ses jeux d’eau, la lecture de "L’arbre du pays Toraja" de Philippe Claudel fera une compensation tout à fait honorable. Mais pourquoi faut-il de si tristes circonstances pour mesurer à sa juste valeur l’importance de suivre la marche du monde ? Sans cette lucarne... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 06:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

12 avril 2016

Vague à l'âme.

       Déjeuner avec mon ami Jean-Paul, dit Porthos en référence à son tour de taille pantagruélique. Professeur de grec ancien à la retraite et fouilleur de pierres émérite au cœur du Péloponnèse, il participait joyeusement aux agapes des Vieux Gamins du Céladon, le restaurant de la Médi@thèque de la Ville. (Chronique du 19 janvier 2012) Mais le Céladon n’est plus et notre groupe s’est quelque peu dispersé, chacun ayant rejoint sa parentèle, ses passions dévorantes ou quelque autre compagnie. Lui revient... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 06:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
05 avril 2016

Le cancrelat domestique aussi.

       Ciel clair et dégagé mais venteux. Au-dessus de nos têtes, les éoliennes ronronnent comme des chattes repues. À leurs pieds, le mari de la pharmacienne se fait didactique. (Chronique du 14 janvier 2014) À la tête de la confrérie régionale des investisseurs, il tente de persuader notre petit groupe que non seulement ses engins fournissent de l’électricité écologique, ce qui est bon pour la planète, mais qu’ils représentent également une rente appréciable pour la commune, ce qui est bon pour les impôts, et... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 06:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , ,
01 avril 2016

Civilisation et barbarie.

         Le nez en l’air et l’œil rêveur,il se baguenaudait benoîtement dans le bois en contrebas de mon courtil. C’est du moins ce qu’il prétend. Je le soupçonne d’être plutôt parti relever quelque collet ou autre piège de son invention dans l’espoir de revenir à la maison avec un lièvre ou un lapin dans sa besace. Quoi qu’il en soit, alors qu’il voulait enjamber une repousse de châtaignier jetée à terre par le dernier coup de vent, notre ami Joseph n’a rien trouvé de mieux que de briser le tibia de sa... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 06:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,
25 mars 2016

L'Homme est considérable.

        L’air est sec pour une fois et le vent de traverse aussi léger qu’un ronronnement de chat assoupi. Je profite de cette accalmie météorologique pour brûler au fond de mon courtil une masse de courriers obsolètes, de factures acquittées et cent autres facéties administratives périmées. Tel un trait d’union entre la terre et le ciel, une longue fumée blanche disperse bientôt les ultimes témoignages d’un quotidien ordinaire. Soudain, soulevé par la chaleur et poussé par un toussotement de brise... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 06:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,
22 mars 2016

Aujourd'hui comme hier.

        En dépit du réchauffement climatique, les jonquilles et les myosotis sont encore bien seuls dans l’art d'égayer les courtils et dans les buissons et les haies, les forsythias hésitent toujours à libérer leurs petites fleurs jaunes. Seuls les marronniers arborent déjà fièrement leurs énormes gourmes en plein débourrage. C’est que le calendrier est formel, le printemps ne commence officiellement que le dimanche 20 mars, jour, cette année, de la fête catholique dite des rameaux. Elle était autrefois... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 06:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,

15 mars 2016

Façon graines de pissenlit.

         Journée harassante occupée à tailler, couper et élaguer une haie, transporter les branches au fond du courtil, scier les plus grosses et entasser les bûches sous abri en prévision d’un hiver prochain. Ne me reste plus guère d’énergie pour toute autre activité sinon somnoler devant la télévision sous le prétexte de "prendre les nouvelles". Dans l’espoir d’échapper à un bouquet publicitaire, je rejoints un "talkshow" du Service Public. Traduit en français courant, il ne s’agit en réalité que d’un... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 06:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :
11 mars 2016

L'étonnement est source de pensée.

     Mon amie Marthe Dumas, du mas du Goth, m’avait prévenu. Ne surtout pas travailler au jardin ce mercredi 9 mars à 7h31’ à cause du redoutable nœud lunaire qui étrangle irrémédiablement toute germination de semis et toute reprise de boutures de géraniums. J’aurais volontiers obéi à cette injonction en prolongeant ma grasse matinée quotidienne jusqu’à huit heures moins cinq au moins. J’avais hélas oublié d’en avertir mon chat César. C’est dès les premières lueurs du jour qu’il s’en revient de sa chasse nocturne en... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 06:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :
04 mars 2016

Passe et passe le temps

        Ce jour est manifestement à marquer d’une pierre blanche. Mon chat César tourne et vire autour de ma chaise, m’observe de longues minutes avec attention et vient se frotter langoureusement contre ma jambe tandis que je bois mon café matutinal. Autant d’empressement est tout à fait inhabituel. Conscient de l’étrangeté de la situation, je me lève malgré tout pour ranger ma tasse vide dans l’évier lorsqu’il lâche un sourd grognement de gorge à faire fuir le plus intrépide des mulots. J’aperçois alors sa... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 06:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,
01 mars 2016

de l'avenir de la bêtise

       La bêtise peut être dérangeante, agaçante, perturbante et parfois même distrayante mais elle reste la bêtise. Il y a quelques semaines, un drame aurait pu endeuiller, en sus de ses amis chasseurs, la famille de l’un d’eux et le village tout entier. Dûment bardés de leur ciré fluorescent, ils avaient stationné leur 4X4 maculé de boue au pied des éoliennes. Lorsque tierce avait carillonné au clocher de l’église, ils avaient sorti la tourte de pain de campagne, le saucisson à l’ail, le grillon charentais et... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 06:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :