09 février 2018

"Qu'est-ce que j'vais faire ?..."

     La neige recouvre mon courtil et la campagne alentour. Pigeons et tourterelles se terrent en silence sous les branches des sapins, merles et moineaux se replient à l’abri des buissons, seuls quelques rouges-gorges et mésanges charbonnières osent s’aventurer autour des graines mises à leur intention sur la terrasse. Aucune tâche urgente n’obligeant le jardinier à quitter sa cheminée, c’est sans remord aucun que je m’installe dans mon fauteuil. Mais que choisir ? Écouter la deuxième symphonie de Franz Schubert... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 06:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

06 février 2018

Riches, pauvres.

       Portée par un glacial vent de borée, la sonnerie des cloches de l’église annonce à travers la vallée les obsèques de la vieille Angèle. Chacun au village connaît sa démarche hésitante due à son grand âge, le lacis de rides qui labourait son visage, sa petite voix pointue et ses yeux pétillants de malice. Emmitouflés dans leur écharpe et leur manteau d’hiver, proches, voisins et amis montent le parvis d’un pas lourd et déjà recueilli. Les conversations se donneront libre cours à la sortie du cimetière après... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 06:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,
02 février 2018

Cinq ans !

     Cinq ans. Ma petite amie Anaïs a cinq ans ! Une fête est bien entendu organisée pour célébrer l’événement. Mamie est en charge des bonbons et des cotillons et Maman du gâteau et des crêpes, chandeleur oblige. Papet est réquisitionné pour canaliser l’effervescence prévisible de ce petit monde plein d’ardeur. Quand à Papa, il s’est sagement retranché derrière ses obligations professionnelles pour ne se présenter qu’à la tombée de la nuit. Sa peine sera commuée en corvée d’intérêt général : ranger le capharnaüm... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 06:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,
30 janvier 2018

Sonate pour violon seul.

      Concert de musique classique au Centre Culturel d’une sous-préfecture voisine. La petite salle remonte à cette époque révolue où Paris prétendait encore distiller la culture jusqu’au cœur même de la ruralité. Fauteuils et strapontins ont été réservés depuis longtemps par un public aux cheveux argentés. On se retrouve avec forces embrassades, on s’interpelle, on échange des nouvelles. Mais le silence s’installe.      Vigie solitaire dressée au cœur du rond de lumière qui plonge le plateau nu... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 06:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
26 janvier 2018

Mai 68

         C’était il y a cinquante ans. L’hiver était là bien sûr et un petit vent borée piquait les joues mais le soleil jetait sur la ville un air de printemps avant l’heure. Invité par Jo Moustaki, Serge Reggiani se préparait à chanter sur la scène de la Maison de la Culture de Caen. Mais une grande clameur secouait la torpeur du soir autour de la faculté de droit. D’un côté, en rangs serrés, bouclier en avant et grenade lacrymogène à la main, les CRS tentaient de protéger les commerces, la Préfecture et... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 06:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,
23 janvier 2018

Où l'on voit que l'Homme est aussi capable de grandes choses.

       La nuit aborde ses lisières lorsqu’un poids soudain s’abat sur moi. Je grogne, je rabroue, je bougonne quelque réplique acerbe. Mais ma main ne rencontre que la fourrure soyeuse et délicate de mon chat César qui grogne à son tour. J’ouvre les yeux. La pâleur du jour esquisse à gros traits la silhouette d’un fauve gigantesque qui me toise sans broncher. Agacé, je renvoie vertement mon greffier à ses assises mais ses yeux, immobiles, percent l’obscurité de deux points verts accusateurs. Tel Caïn dans sa... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 06:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

19 janvier 2018

Abeilles, bourdons et coccinelles.

      Je n’ai trouvé à ce jour aucune trace sur les magnifiques photographies de la Terre de notre inénarrable Yann Arthus-Bertrand ni même de celles de notre astronaute national Thomas Pesquet des innombrables monticules qui illustrent la pelouse de mon courtil. Et pourtant ! Il semblerait que son seulement l’âme de Hémiounou, l’architecte de la pyramide de Khéops, se soit ici réincarnée en taupe, mais que ces infernaux artisans chtoniens se soient lancés dans une compétition sauvage quant à la taille et au... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 06:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
16 janvier 2018

Ici, on ne laisse pas les gens dans la peine.

     Assemblée générale annuelle de l’association "Accueil au village". Malgré le vent et la pluie, une cinquantaine de participants se partagent les chaises au confort tout relatif de la salle des fêtes. On se salue, on se congratule, on se plaint des dégâts causés par la tempête de solstice, arbres décapités, toitures endommagées, champs inondés, tout en échangeant les nouvelles des anciens, des enfants et des petits-enfants. Après le rapport moral et financier de la Présidente, le vote d’approbation n’est qu’une... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 06:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,
12 janvier 2018

Faire des études.

       Sollicité, la veille, par la tenancière du bureau de tabac-presse pour signer la dédicace d’un de mes livres, je pousse tôt matin la porte de sa tanière et déclenche derechef le concert aigrelet du carillon qui la fait apparaître comme par magie derrière son comptoir. Vous êtes mon premier visiteur ! lance-t-elle tout sourire. Cette manie de hiérarchiser ainsi toute chose m’a toujours amusé.      Je me souviens ainsi d’une journaliste de renom qui prétendit ajouter une preuve... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 06:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,
09 janvier 2018

Mémoire et souvenirs

     Visite rituelle chez mon amie Marthe Dumas pour lui porter sa ration hebdomadaire de lecture. Ses 86 ans pèsent autant sur ses épaules que les jours gris et froids de l’hiver. Mais enfouie dans son fauteuil de rotin avancé devant l’âtre où fument les traditionnelles bûches de frêne et de fayard, elle n’a rien perdu de sa causticité naturelle. Elle me relate pour l’heure une anecdote de sa jeunesse où ses parents l’auraient grondée pour avoir abandonné les trois vaches dont elle avait la garde pour batifoler dans... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 06:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,