20 février 2011

André Duprat

J’ai attendu demain Et il était tard Du jour d’aujourd’hui J’ai épelé amours et amitié amours dans le désordre L’amitié remettant les points sur le i J’ai rempoté un souvenir Quelques larmes suffirent Á lui rendre une verdeur certaine J’ai tenu dans les soupirs Tout mon livre de vie, tout Nous musardons ensemble J’ai lu le témoignage d’un militant Les mots du cœur aux yeux D’un donneur sain à poing fermé J’ai du retour chez moi dans les yeux Comment en faire à nouveau un regard ... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 10:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 février 2011

Musique celtique

 Les bonimenteurs de France-Musique ont souvent tendance à imposer un cours de solfège ou de composition à leurs auditeurs. Hier, alors que je me rendais comme chaque jeudi ou presque à la Grande Médi@thèque de la Ville, il s’agissait d’une étude approfondie du "Désespoir de Tircis", l’aimable pastorale composée au dix-septième siècle par Jean Desfontaines, dont l’unique titre de gloire est d’avoir été l’élève de Sainte Colombe Père. Je me devais de réserver toute mon attention à la conduite ; je changeai de... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 11:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
17 février 2011

La taille

 Dans leur enclos, les deux chèvres naines ruminent paisiblement au milieu d’une tache de soleil. Elles se précipitent avec gourmandise lorsqu’elles m’aperçoivent, en quête de la friandise que je manque rarement de leur apporter, quartier de pomme, crouton de pain ou simple poignée de foin. Le fond de l’air est doux, à peine troublé d’un filet de brise chargé d’effluves de terre mouillée et d’humus. Les ramiers qui ont élu domicile dans les grands sapins traversent le jardin à grandes envolées et les tourterelles, dans... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 08:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
16 février 2011

Le Chartil, de la Normandie au Limousin

 « Tout le monde, au village, l’appelait la Jabote. On l’aimait bien. Elle était certes un peu braque et parlait beaucoup d’une petite voix pointue avec le débit sec et rapide de ceux qui craignent de ne pouvoir tout dire. Mais elle était aussi de service. Tant pour les corvées dans les champs à la période des foins ou du ramassage des pommes de terre que pour soigner le grand-père qui perd la tête ou la nouvelle accouchée débordée par sa marmaille. On passait sur le babil incessant et on disait « Va chercher la... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 08:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 février 2011

Un ru de peu

          Á la radio, Sviatoslav Richter égrène les arabesques du fameux premier mouvement du quintette de Schubert, "Die Forelle". Un enregistrement datant de 1980 et ressorti des tiroirs l’an passé. Le Borodine Quartet qui l’accompagne apporte des éclairages auxquels je n’aurais pas songé. Ainsi, Berlinsky parvient-il magnifiquement à glisser avec son violoncelle des arômes capiteux au cœur même du lyrisme du compositeur. Ainsi Hortnagel, avec sa contrebasse, réussit-il l’exploit, pour une fois, de se... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 09:10 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
14 février 2011

Le train, aujourd'hui

 Je me souviens d’un trajet en tortillard à vapeur entre Saint-Lô et La Haye-du-Puits, en Cotentin. J’avais neuf ans, peut-être ; je montais dans un train pour la première fois et je redoutais par-dessus tout les escarbilles qui ne manqueraient pas de m’aveugler si je me penchais à la fenêtre. C’était l’époque des wagons de troisième classe aux sièges en bois, d’accortes paysannes encombrées de panières remplies de volailles et de ripailles pantagruéliques à l’heure de midi. « Donnes m’en c’te peau ben grasse. C’est l’meilleu !... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 09:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

10 février 2011

Adèle à Beaubourg

 Ce matin, Adèle m’a présenté, bien en évidence sur le pas de la porte, son dernier trophée. Le pauvre moineau se sera montré d’une bien grande imprudence en s’exposant ainsi à ses griffes de diane chasseresse. Elle s’est ensuite appliquée avec le soin qui lui est coutumier à lisser son épaisse toison d’hiver. Pour ce faire, elle s’est largement étalée devant la cheminée, m’empêchant d’en ôter les cendres. Comme je persistais à vouloir m’acquitter de cette tâche sans doute fort triviale à ses yeux, elle n’a... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 10:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
09 février 2011

Question de société

 José Carreras, valeureux capitaine de la garde, vient d’apprendre de la bouche du Grand Prêtre Ramfis qu’il commandera l’armée du Pharaon contre les Éthiopiens. Verdi lui a donné une partition de choix dans son "Aïda". Il se montre d’autant plus à la hauteur de son personnage qu’il vient de rencontrer la belle Mirella Freni qui tient le rôle titre et qu’il lui déclame son amour. C’est à cet instant que des aboiements retentissent devant ma porte. Je me précipite. Je découvre une Hélène essoufflée mais... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 09:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
08 février 2011

Andrée Chédid s'en est allée

Hier, Madame Andrée Chédid s’en est allée. Les dictionnaires ne manqueront pas de préciser : 1920-2011, femme de lettres française née au Caire et d’origine libanaise. Ce sera, bien entendu, trop court. Il faudra dire sa gentillesse et sa patience envers ses visiteurs intimidés et ses colères flamboyantes face à la bêtise. Il faudra dire qu’il y avait du chrétien chez elle et de la charité sincère envers l’homme et une grande confiance en la face claire qui habite chacun et en la vie. Elle fut romancière (Le sommeil... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 08:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
06 février 2011

La hulotte ahurie

 Veillée de fête, hier. Le Vieux Bougon recevait en son antre son vieil ami "Le Hiboux" et sa compagne Sophie. Le Hiboux, Jacques, de son prénom, doit son surnom à la couronne grise qui encercle son crâne chauve et à ses grosses lunettes rondes qui lui donnent des airs de hulotte ahurie. Sophie, quant à elle, est aussi menue et discrète que lui est vaste et bruyant. Il enseignait le latin et nous nous rencontrons de temps à autre au Céladon. Elle peint d’inquiétantes vouivres aux escarboucles écarlates... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 10:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :