05 février 2011

Terre

"Je dis Terre Je retrouve / entre les pierres, les racines / d’un cadastre balayé par les vents / le passage secret de la source à l’Éternité."(Joseph Paul Schneider / "Marges du temps" / Éditions Saint Germain des Prés).  Un vent de bise nocturne a chassé les derniers nuages. Figé et transparent, l’air éclate de lumière sur un ciel au bleu d’acier. De temps à autre, un vol de corbeaux dessine un trait noir qui s’évanouit bientôt. Encore invisibles, les premières grues repues des chaleurs du sud... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 09:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

04 février 2011

Le mas du Goth

Point de Céladon, hier, ni même de Médiathèque. En lieu et place, j’ai fait visite à Marthe Dumas au mas du Goth. Légèrement en retrait de la route qui relie ma maison au village se cache derrière un buisson de fayards l’antique mas du Goth. Quelque Wisigoth sans doute, égaré jadis dans nos contrées, inscrivit si profondément son souvenir dans les mémoires que son nom nous est resté. Ne dit-on pas d’ailleurs, qu’à son image, la terre y est ingrate et qu’elle ne donne que fort peu en regard de la peine qu’elle exige.... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 08:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
03 février 2011

Les yourtes

"Il pleuvait sans cesse sur Brest, ce jour là", remarquait Jacques Prévert à la recherche de Barbara. "Il pleut sur Nantes", précise Barbara à la recherche de son père. Il pleut aussi sur les Monts ce matin et Adèle se hâte à la recherche d’un abri. Elle a horreur d’être mouillée. En trois bonds, elle est à la porte et miaule à fendre l’âme pour que je lui ouvre. Je décide de rester, comme elle, calfeutré dans la tiédeur douillette de la maison. Là-bas, aux portes d’un hameau perdu à l’adret des Monts, la pluie tombe drue sur le toit... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 08:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
02 février 2011

Le maire et le feuillardier

Par tradition, le maire de notre village se fait un devoir de rencontrer au moins une fois l’an chacun de ses administrés. Chaque électeur peut ainsi lui exposer ses doléances et lui-même paraître les écouter. C’est ainsi qu’à l’occasion d’une visite chez mes voisins, monsieur maire a fait hier un détour par chez moi à l’heure de l’apéritif. Fils de paysan devenu lui-même exploitant agricole, notre premier magistrat, aujourd’hui à la retraite, porte encore beau. La crinière généreuse, le verbe haut et la bedaine... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 09:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
30 janvier 2011

Esope et le téléphone

Ésope avait décidément raison. Le téléphone est tout à la fois une invention fort pratique mais tout autant diabolique. Hier, de retour en bord de nuit d’une escapade à l’épicerie du village, je retrouvai mon gîte en grande effervescence. Perturbée par la sourde sonnerie du téléphone, Adèle s’agitait sur son coussin de laine. Il faut dire que l’appareil est sans fil et fort doué pour disparaître dans les endroits les plus improbables. « Allo ? Maman a dit que tu viennes manger ! » Suivirent des gargouillis ... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 16:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
29 janvier 2011

La chasse sauvage

La lumière du jour décline et je dois allumer l’antique lampadaire à abat-jour à franges posté au pied de mon fauteuil. Dans la cheminée, le feu s’est éteint, faute d’être approvisionné en bois. Dans la grande tasse de faïence ébréchée héritée de mon père, le chocolat est tiède à présent. Imbuvable. Qu’importe ? Je ne pouvais abandonner Barthélemy à son sort. Grâce à Dieu et à son démiurge, il a retrouvé son Aélys avant le mot fin ! Je vais pouvoir reposer le livre et reprendre une vie normale. Il est en effet des livres... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 11:36 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

28 janvier 2011

La médiathèque

Hier, j’ai quitté ma tanière recluse au fond des Monts et suis monté à la Ville. Comme chaque jeudi après-midi ou presque, je me suis rendu à la Grande-Médiathèque. J’aime à y retrouver l’odeur des livres, même si elle y est aujourd’hui plutôt aseptisée, et la fébrilité studieuse des étudiants en quête de culture et de résultats à leurs examens. Avant de repartir, mon cahier de notes noirci de quelques judicieuses remarques sur la manière de vivre au septième siècle (en préparation d’un prochain roman), je vais boire... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 10:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
27 janvier 2011

Un homme un seul

« Les ramiers sur un bois, Les perdrix, la luzerne, L’allée des arbres sur la route, La charrette immobile, L’horizon, tout cela Comme au creux de la main ».   (Eugène Guillevic / " Avec " / Gallimard 1966). Je pourrais poursuivre cet inventaire avec le chevreuil qui s’est réfugié, la nuit dernière, sous l’abri qui protège notre tas de bois de chauffage et qui s’est enfui lorsque j’ai ouvert la porte. Continuer, un peu plus tard, avec deux lapins qui traversent le courtil en... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 11:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
26 janvier 2011

La prédications aux oiseaux de Franz Liszt

Le vent hésite toujours à s’engouffrer dans nos vieilles combes limousines et, comme d’habitude, le ciel est couvert. Le soleil n’apparaîtra guère avant le midi. Il me faudra pourtant sortir pour donner leur poignée de foin aux chèvres qui réclament déjà dans leur bergerie et du grain aux pigeons dans leur volière. Sur la terrasse, les mésanges et les moineaux tourbillonnent autour de la mangeoire où je leur dépose des boules de graisse et de blé. Ce matin, le couple de mésanges à tête bleue est réapparu. Où... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 08:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
25 janvier 2011

Le roi des aulnes / Schubert

L’hiver a envoyé ses reîtres chargés de vent, de froidure et de pluie. Depuis l’âtre le feu répand sa chaleur en tous aîtres. Le front chenu, les os brisés, le poing sur mon bâton de hêtre, je regarde, par-delà la fenêtre, les grands bois s’incliner, sous le givre blanchis. Schubert égrène les premières mesures du « Roi des Aulnes », sur le poème de Goethe. Le crépuscule hivernal déverse sur les collines un froid impitoyable. La nuit avance au milieu de lourds grondement d’orage. Au loin, un galop de cheval se précise.... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 09:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :