10 juin 2016

Ils parlaient foot.

Le 10 juin 1944 aurait pu être une journée ordinaire pour le modeste bourg d’Oradour sur Glane, en Limousin. Le soleil inonde la campagne. Les vaches sont dans les prés où l’herbe est grasse. Il y aura du foin cette année. Les enfants sont à l’école. Les femmes font quelques courses à l’épicerie ou chez la mercière, leurs lieux de rencontres favoris avec l’église. Le maréchal-ferrant et le docteur échangent quelques mots au sujet d’une cohorte motorisée de l’armée allemande remontant vers la Normandie où les alliés ont débarqué... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 06:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

07 juin 2016

Inondations de verdure

        Visite inopinée, comme d’habitude, de mon futur voisin de l’autre côté de la route accompagné, cette fois, de son épouse. Les bras chargés d’une boite tout droit sortie de chez le pâtissier, elle exhibe un sourire à décrocher la mâchoire : avec tous les ennuis de la construction de la maison, on s’est dit… ! Lui, tel un prestidigitateur, sort une bouteille de vin blanc de la poche de sa veste de cuir : la toiture est terminée ; on a signé le "hors d’eau" ; il faut fêter... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 06:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,
03 juin 2016

Marge d'erreur

      Certes, en ce moment, le jardinier redoute surtout les débordements du fossé communal sur ses plates-bandes, la "mouillante" qui transforme ses massifs en piscine et les gouttières de son appentis qui débordent sur son parterre de bégonias. Mais la verrue brune au milieu de la pelouse au beau vert tendre représente aussi un véritable cauchemar. C’est qu’un monde innombrable et divers grouille sous l’impeccable tapis printanier. Les plus nombreux, les insectes fouisseurs, y creusent un inextricable réseau de... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 06:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,
31 mai 2016

On dirait des étrangers.

      Branle-bas municipal. Le maire a réuni le ban et l’arrière-ban du village à l’église. Il n’a évidemment pas l’intention de monter en chaire ni même de faire un sermon. Chaque famille n’en met pas moins un point d’honneur à envoyer un représentant afin que les informations soient répercutées dans leurs moindres détails. Comment était la robe de Madame Unetelle ? Quelle était la couleur du béret de l’écologiste ? La femme de l’instituteur boite-t-elle encore ? La fille de la boulangère est-elle... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 06:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
27 mai 2016

C'est mieux avant.

       On dit que les chats vivent sept vies et qu’ils ont le droit de vivre la dernière à leur guise. Aucune preuve scientifique n’a jamais été apportée. Mon amie Marthe Dumas, du mas du Goth, pourrait être celle que les amoureux des chats attendent. Elle est bien la seule en effet, outre sa complice ma petite voisine Anaïs et mon chat César, à pouvoir, avec son air matois, me faire agir à sa guise. C’est dans cet état d’esprit que je pénètre en sa compagnie dans la salle du réfectoire de la maison de retraite... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 06:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,
24 mai 2016

J'ai fait un rêve.

         Le monde bruisse de fureur et de bruit autour de ma vallée blottie au cœur des Monts et je dois souvent me faire violence pour abandonner la douce quiétude champêtre qui y règne. Je ne parle pas là des escapades chez le boulanger, l’épicier ou à la médi@thèque qui sont souvent l’occasion de rencontres amicales et de discussions enflammées sur les sujets les plus futiles comme les plus graves. Je ne compte pas non plus les déplacements ici ou là pour entendre Bach, Beethoven, Chopin,Liszt ou... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 06:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,

20 mai 2016

Le silence de la campagne

      Visite d’un neveu et de sa compagne le temps du week-end. Elle est professeur d’allemand dans un lycée assez éloigné de leur appartement pour lui permettre de jouir à satiété des transports en commun. Il parcourt le monde pour vendre des logiciels conçus dans le cadre d’une start-up créée avec un ami. Internet exige parfois une présence humaine pour tourner rond et se développer. Après avoir stoïquement affronté les "ralentissements" qui pimentent régulièrement les transhumances des Parisiens vers la... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 06:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,
17 mai 2016

Deux pigeons....

      Surpris, ce matin, deux pigeons en batifolage. Après un bon bain dans la baignoire dont je viens de changer l’eau, madame s’ébroue avec vigueur et s’installe au soleil, les plumes ébouriffées. Depuis leur case où ils ont façonné un nid de brindilles et de feuilles mortes, monsieur l’interpelle. Elle l’ignore superbement, tout au délice alangui de goûter la tiédeur de l’air. De guerre lasse, il la rejoint d’un coup d’aile et sautille autour d’elle, le jabot gonflé d’importance. Les yeux fermés, elle simule... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 06:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , ,
13 mai 2016

Cucumis sativus

       De l’influence du réchauffement climatique sur  la germination des semis de printemps dans le cadre de la culture "bio" en milieu ouvert des cucurbitacées. Tel était le titre initial de cette chronique qui se veut résolument champêtre sinon même jardinière. Mais la place me manque cruellement pour insérer tous les signes, espaces comprises, dans la case prévue à cet effet. Ce qui représente non seulement une atteinte intolérable à ma liberté d’expression mais presque un casus belli. C’est... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 06:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,
10 mai 2016

Homo tyrannicus

      Comme chaque matin ou presque, je musarde bonhomme dans mon courtil noyé de soleil. Un petit vent de traverse murmure dans les feuillages des préludes furtifs. Une âcre odeur d’herbe coupée monte de la pelouse colonisée par les merles. Un écureuil roux blotti contre une branche d’érable m’observe avec curiosité avant de disparaître dans les sapins. Le couple de ramiers qui y tient domicile s’ébroue en grand ramage et s’envole d’un coup d’aile. Alors que j’aborde l’enclos de ma chèvre naine que la solitude... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 06:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,