06 mars 2018

Lorsqu'ils ne seront plus morts.

      C’est un matin à rien. L’un de ces matins insaisissables qui se dérobent et  s'enfuient à vau-l’eau. Nuit cabossée ourlée d'idées noires.   Réveil brouillon. Pluie tenace et glacée qui augure un ciel bouché pour la journée. Internet qui traîne les pieds. Message de ma libraire préférée qui n’a toujours pas reçu ma commande effectuée une semaine plus tôt. Visite d’un facteur grognon pour une signature inutile. Et le chat qui prend un malin plaisir à se trouver régulièrement du mauvais... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 06:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

27 février 2018

Putain de requin.

     Les cris rauques des grues transpercent le ciel d’azur. Le givre dessine des festons d’argent dans les branches des hêtres et des bouleaux. Le vent de bise pique les joues et bleuit les doigts. Il fait trop froid pour travailler au jardin. J’alimente la flambée d’une bûche de châtaignier et me lance dans une énième tentative de rangement. C’est ainsi qu’un paquet de vieilles lettres blotties au fond d’un tiroir retrouvent la lumière. Qui résisterait à la nostalgie du papier jauni, des pleins et des déliés et de... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 06:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,
23 février 2018

Retour au pays.

        La rumeur a pris naissance à la boulangerie puis a gagné le bureau de tabac-presse, le bistrot de la place de l’église et l’officine de la pharmacienne avant de contaminer les hameaux les plus éloignés. Bertrand est revenu ! Et qui est ce Bertrand ? On me fait comprendre que je ne peux l’avoir connu. Il s’était enrôlé dans les Chemins de Fer et était monté à la Capitale avant mon arrivée. L’émoi causé par son retour est pour l’heure d’autant plus vif qu’il n’en est même pas redescendu pour enterrer... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 06:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,
24 juin 2016

Réapprendre la bonté.

       Accompagné mon amie Marthe Dumas, du mas du Goth, à la cérémonie d’inhumation d’Albert Peyré, une vieille figure du village lui aussi. Pendant le trajet, elle me raconte sa vie en quelques mots : vous n’êtes pas d’ici, explique-t-elle ; vous ne pouvez pas savoir ! Il a vécu l’invasion nazie dans un stalag de Poméranie et les bouleversements de l’agriculture à son retour. La ferme de son père ne connaissait pas l’opulence mais il l’a malgré tout persuadé de remplacer ses deux vaches... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 06:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,