08 janvier 2019

Le défi de la bienveillance et de la bonté.

Nous nous retrouvons cette année chez mes voisins Hélène et Sébastien pour célébrer comme il se doit le solstice d’hiver. Notre hôte a cueilli le gui et l’a accroché au-dessus de la porte d’entrée. Notre hôtesse a rôti l’oie fermière et dressé un couvert de fête. Nos voisins Juliette, Mathieu et Anaïs ont décoré de houx un chemin de table de saison. Outre un charpenté Bouscassé de trois ans d’âge et les Nocturnes de Frederik Chopin avec Ingrid Fliter au piano, je suis accompagné de notre vieille amie Marthe, du mas du Goth, munie de... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 06:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,

27 février 2018

Putain de requin.

     Les cris rauques des grues transpercent le ciel d’azur. Le givre dessine des festons d’argent dans les branches des hêtres et des bouleaux. Le vent de bise pique les joues et bleuit les doigts. Il fait trop froid pour travailler au jardin. J’alimente la flambée d’une bûche de châtaignier et me lance dans une énième tentative de rangement. C’est ainsi qu’un paquet de vieilles lettres blotties au fond d’un tiroir retrouvent la lumière. Qui résisterait à la nostalgie du papier jauni, des pleins et des déliés et de... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 06:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,
24 juin 2016

Réapprendre la bonté.

       Accompagné mon amie Marthe Dumas, du mas du Goth, à la cérémonie d’inhumation d’Albert Peyré, une vieille figure du village lui aussi. Pendant le trajet, elle me raconte sa vie en quelques mots : vous n’êtes pas d’ici, explique-t-elle ; vous ne pouvez pas savoir ! Il a vécu l’invasion nazie dans un stalag de Poméranie et les bouleversements de l’agriculture à son retour. La ferme de son père ne connaissait pas l’opulence mais il l’a malgré tout persuadé de remplacer ses deux vaches... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 06:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,
08 décembre 2011

Réapprendre la bonté

     Cette fois, le froid a vraiment frappé. Les bégonias, que mes amis, compatissant à mes soucis de santé, avaient plantés au printemps, s’étalent lamentablement sur le parterre. Les dernières inflorescences pourpres des dipladénias ont pris une vilaine teinte marron et jonchent la terrasse. Les branches des érables sont à présent entièrement dénudées et leurs ultimes feuilles tapissent la pelouse d’une multitude de taches brunes. Les touffes de jasmin d’hiver, par contre, éclairent, ici et là, les recoins... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 09:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :