26 février 2016

Entre progrès et modernité

      Retrouvailles avec un ancien comparse de collège. Que de chemin parcouru en 60 ans ! À l’époque, son petit village normand était équipé de deux téléphones. Le premier trônait sur le buffet de la salle à manger du maire, entre la photographie en noir et blanc du Mont Saint-Michel à marée haute et celle de son père recevant le Poireau des mains de Jacques Leroy Ladurie lui-même. Il était réservé aux relations avec la Préfecture pour les soirs d’élections et avec les pompiers, les gendarmes ou le... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 06:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

03 novembre 2015

Visite rituelle.

         Visite rituelle en terre normande pour saluer les anciens et leur confirmer que leur souvenir est toujours honoré comme il se doit. Au moins tant que la mémoire des vivants ne s’est pas égarée dans les labyrinthes de l’oubli. C’est aussi l’heure des retrouvailles avec les lieux de l’enfance. L’ancienne ferme familiale avec son étable, son jardin potager, ses haies et ses pommiers, aujourd’hui transformée en résidence secondaire pour Parisiens en mal de verdure. La route qui la relie au village en... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 08:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , ,
22 septembre 2015

Patrimoine du passé.

     Visite au Grand Louis dans sa ferme des Trois Chênes.  Depuis plusieurs semaines, il ne voyage plus guère que du fauteuil au lit. « Ma dernière virée approche », répète-t-il à ses visiteurs. J’admire, nous admirons, la sérénité qui éclaire son visage creusé des profondes rides de la vie mais un visage malgré tout fatigué et bien amaigri. « Il y a un mois, la moitié de ma grange s’écroulait. Dans peu, ce sera mon tour. Tout s’écroule ! » Et un petit rire espiègle secoue ses épaules.... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 08:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,
07 mars 2011

Silence dans la vallée

         Le ciel, ce matin, semble vide. Pas de croassements de choucas, pas de jacasseries de pies, pas d'appels éraillés de grues ou d'oies sauvages, pas de roucoulements de tourterelles. Pas même, au lointain, l'aboiement d'un chien ou le bêlement d'un agneau égaré. Pas de ronflements de moteur comme si tous les tracteurs étaient restés au garage. Pas même un mot, un cri ou un rire d'enfant. Pas de pleurs. Anne, Gaspard et Lucille ont rejoint, hier, la Capitale. La vallée, aujourd'hui, semble... [Lire la suite]
Posté par roland bosquet à 17:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :